<body>

10 juillet 2006

Vente cataloguée du 30 juin 2006

Extraits, résultats et catalogue de la vente du 30 juin 2006

1) Extraits de la vente cataloguée du 30 juin 2006
Paris, Hôtel Drouot, salle 10,
Loïc du BOISBAUDRY, expert
(voir ci-dessous)

2) Tous les résultats de cette vente
ici


Cliquez par deux fois sur les images pour les agrandir

N° 290 - Tapisserie de Beauvais

tapisserie Beauvais

Détail de la tapisserie

N° 290
Importante tapisserie de la manufacture royale de BEAUVAIS, de la tenture des «Grotesques», représentant «Les Dompteurs». Fond jaune ou "tabac d'Espagne" à décor polychrome de dompteurs, lions, léopards, musiciens et danseurs, dais, guirlandes de fleurs et de fruits, treillages, lambrequins et pavement.
Cartons de Jean-Baptiste Monnoyer (1634-1699) d'après Jean Bérain (1640-1711).
Tissage réalisé sous la direction de Philippe BEHAGLE I (de 1684 à 1705) ou de ses successeurs.
Fin XVIIe ou début XVIIIe siècle (entre 1689 et 1732).
Restaurations, diminuée, sans bordure.
H. 240 cm - L. 360 cm

Adjugée : 49 000 €

Exécutée pour la première fois en 1689 sous la direction de l'entrepreneur Philippe Behagle, la tenture des grotesques comprenait normalement six pièces, dont trois en longueur (Les Dompteurs, Le Dromadaire et l'Eléphant) et trois en hauteur (L'Offrande à Bacchus, L'Offrande à Pan et Les Musiciens). Behagle n'obligeait pas les acheteurs à prendre la tenture complète, mais, dans un souci commercial, il pouvait la détailler pièce par pièce, allant parfois jusqu'à couper « une pièce en deux ou trois, opération qui peut se faire dans la Grotesque sans quasy gatter le dessein ». Cette tenture, indissolublement liée à l'histoire de la manufacture et qui assura sa renommée en France et à l'étranger, fut tissée jusqu'en 1732 environ. Elle était destinée à une clientèle d'exception. Une tenture de six pièces fut livrée au Garde-Meuble de la Couronne en 1696 et envoyée "pour le service du Roy" au château de Marly. Le comte de Toulouse acquit également cette tenture pour Rambouillet. Le catalogue « Five centuries of tapestry », Fine Arts Museums of San Francisco, 1992, p. 262 et 263, signale que la tapisserie des dompteurs est la plus rare et qu’il n’en est connu que douze exemplaires environ. .

Œuvres en rapport : quelques très rares exemplaires de cette tapisserie des Dompteurs sont conservés au Mobilier National, au musée des Arts Décoratifs de Paris, , au musée d'Aix-en-Provence, au Detroit Institute of Arts (également sans bordure), au Boston Museum of Fine Art (plus petite).

N° 226 - Une estampille inédite


fauteuil estampille

N° 226
Paire de fauteuils cannés, en hêtre teinté sculpté de fleurettes, le dossier plat violoné, les quatre pieds cambrés et feuillagés en départ.
Estampillés : CHELANT / MENUSIER A LYON.
Époque Louis XV.
Galettes rapportées.
H. 95 cm - l. 47,5 cm

Adjugés : 3 000 €

L'estampille de ces fauteuils, inédite, figure dans l’ouvrage de Messieurs Deloche et Normand « Nogaret et le siège lyonnais », 2008.

N° 175 - Pendule : La leçon d'astronomie


pendule astronomieN° 175
Pendule
« La Leçon d'astronomie », en bronze ciselé et doré, mat et bruni, et marbre vert de mer. Cadran d'émail de PIOLAINE à Paris inscrit dans une table à pieds griffus. De part et d'autre, deux jeunes femmes attablées étudient l'astronomie. Socle à globe terrestre, télescope et trophée. Six pieds cloche. Modèle de Jean-André REICHE, sans doute exécuté par Claude GALLE.

Époque Empire, entre 1807 et 1810.
Sphère armillaire à refixer.
H. 40,5 cm - L. 39,5 cm

Adjugée : 8 900 €

Jean-André REICHE (1752-1817), bronzier et dessinateur parisien, a déposé le modèle de cette pendule à la Bibliothèque Impériale en 1807 sous le titre « La Leçon d'astronomie » et le dessin au lavis et à l’aquarelle, utilisé pour effectuer ce dépôt légal, est toujours conservé au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale sous la cote Le 30, 18.
Michel-François PIOLAINE, reçu maître horloger à Paris en 1787, exerça rue des Gravilliers, de l’an VII à 1810.
Claude GALLE, bronzier, travaillait en étroite collaboration avec Jean-André Reiche.

Bibliographie :
- Ottomeyer, Vergoldete Bronzen, p. 374 et 375, n° 5.15.1 et 5.15.2
- Niehüsen, French bronze clocks, p. 218, n° 459

N° 161 - Cire habillée XVIIIe siècle

cire habilléeN° 161
Cire habillée
figurant une fillette entre deux vases chargés de fleurs. Elle porte une robe à panier et tient une fleur. Boîte en cartonnage marbré. Encadrement de bois doré.
Nancy, XVIIIe siècle.
Quelques accidents.
H. 24 x 33,5 cm

Adjugée : 680 €

Bibliographie :
Chantal Humbert, "Les arts décoratifs en Lorraine", 1993, p. 138 à 143.
"Les Cires habillées nancéiennes, tableaux de cire et d’étoffes", Musée lorrain, Nancy, 1989.


N° 223 - Petite commode Louis XV

commode Louis XV
N° 223
Petite commode mouvementée, en placage de noyer frisé en feuilles et en pointes de diamant, à deux tiroirs, les quatre pieds cambrés, le plateau de marbre jaune moucheté rose et noir. Entrées de serrures en laiton, en cartouche ailé.
Époque Louis XV.
H. 84 cm - l. 64,5 cm - p. 40 cm

Adjugée : 6 600 €
Résultats de la vente du 30 juin 2006
Cliquez deux fois sur la liste pour l'agrandir